En jachère

Comme la terre, l’humain est fertile, comme la terre, l’humain a besoin de pauses pour continuer à créer sainement. Après six années intensives, mon corps et ma tête à force de produire ont commencés à devenir infertiles. Je me suis mise en jachère. Un an d’abord, à ne plus rien produire, créer, ou presque, car j’en étais incapable. Puis j’ai laissé pousser quelques herbes folles, je ne dirai pas mauvaises herbes, car rien n’est fondamentalement mauvais, dans la nature tout a sa place si l’humain n’intervient pas. L’hiver a tout figé, gelé, la terre est devenue si dure que j’ai craint que le printemps ne revienne jamais, que plus rien ne pousse sur les terres abimées de mon imagination. Les jours ont commencés à se rallonger, les idées avec. Le soleil se fait plus présent, plus ardent. Les premières pousses ont germé, quelques variantes d’anciennes espèces connues et beaucoup de nouvelles variétés sont en train de prendre racine dans le terreau à nouveau fertile de mon cerveau. Sur le papier, sur le clavier je plante mes idées multiples et variées. Je tente des associations, des assemblages. Plus le temps passe et plus je suis convaincue que l’être humain fonctionne mieux en polyculture qu’en monoculture.

Je n’ai a ce jour pas repris un domaine au fin fond de nul part, mes connaissances en maraîchage étant plus que limitées, ce site ne va pas se transformer du jour au lendemain en conseils de madame la jardinière, n’ayez crainte. Je reste dans mes cultures de prédilections ; les mots, les histoires, les réflexions, les relations humaines la liberté d’être soi. Le soleil et les longues journées d’été donneront vie à tout cela, rendez-vous dans quelques mois pour les récoltes….

© Photo: Raf Cramatte